AccueilAction collectiveCompte renduLa magie des comptes de Noël ?!

Le jeudi 5 déc, les OC organisaient un débat au café citoyen: « La magie des comptes de Noël?! »

 voilà ce que le petit tour de traîneau a récolté

Pour chacun Noël est l’occasion de se retrouver en famille ou entre amis. Et même si on a plus ou moins d’affinité avec un cercle plus ou moins grand, on ne remet pas vraiment en cause cet aspect là, traditionnel. Ces rassemblements forcés ont des bons et des mauvais côtés. Les avis divergent par contre, clairement, ce qui nous dérange, nous offusque, nous dégoûte, nous enrage..c’est la récupération commerciale! Et comment dans l’intimité de chacun, cet aspect peut venir gâcher la fête (s’il en est une …) Un des points les plus épineux (sous le sapin) c’est: le cadeau!

Ce cadeau fardeau quand il devient une obligation, quand il n’est pas sincère, quand il alimente un système qui nous fait grincer des dents, bref quand il se résume à de la consommation…

Qu’a-t-il de cadeau à part l’emballage bariolé et ligoté de ruban? Est-ce que le salaire versé à l’enfant de là bas le ravit autant que celui qui reçoit sa poupée ici? Qui est le plus comblé, le destinataire du cadeau, ou l’entreprise qui nous le vend? Et si le papier d’emballage remplit nos poubelles, ce n’est qu’un vernis de toute la pollution engendrée. A part l’affluence que provoque cette coutume, dans les magasins (et même le dimanche), les jours précédents, et sur IBay les jours qui suivent..que reste-il de cette « chose qu’on offre à quelqu’un pour lui faire plaisir »(def)

Voici un petit tour de traîneau de ceux qui fuient sa cargaison. Mais qui souhaitent faire plaisir d’une autre saveur, d’une autre teinte..celles de lanternes non enguirlandées…

 1) Moi je n’offre que quelque chose que j’ai fabriquées, j’y passe du temps, et mon petit fils est tellement impressionné de recevoir un bâton de marche comme il n’a jamais vu. D’ailleurs cet été il veut que je lui apprenne à en faire un.

2) Moi qui ne suis pas doué de mes mais, je ne me voyais pas passer mes soirées à galérer. Mais une amie à proposé un atelier custom. En s’y mettant à plusieurs, finalement on se dépasse. Et surtout on passe un super dimanche. Cette année, on s’y remet, on y prend goût, mais j’ai surtout hâte qu’on se retrouve. Peut être même plusieurs aprem finalement…

3) Moi, je trouve que j’ai déjà bien assez de choses, et mon entourage aussi, c’est sûr qu’on est loin d’être dans le besoin. Alors pour l’occasion, je suis sûre de faire plaisir en cuisinant des petites gâteries, vouées à disparaître Noël. De préférence à conserver, car pendant les fêtes on se gave déjà pas mal. Alors une fois chacun rentré chez soi, ça prolonge un peu le plaisir, et comme ça je suis sûre qu’ils pensent à moi

4) Moi j’offre de la lessive. Forcément tout le monde en a besoin. ça peut paraître ridicule, car personne n’attend Noël pour s’en acheter. Mais c’est moi même qui l’ai fabriquée. Je donne aussi la recette avec. C’est là que ça épate mes cousins, quand ils découvrent qu’on peut faire de la lessive, écologique et économique. Sans moi ils n’auraient jamais testé, et j’espère surtout, qu’une fois le pot finit ils s’y mettront aussi, et c’est ça le vrai cadeau.

5) On a tous une pile de livre à lire, qui nous attend. Est-ce que l’excuse est suffisante, pour justifier à sa tante un an après que tu n’as pas ouvert son livre (voire pas déballé)?.. Moi mes parents ont arrêté d’en demander plus que leurs meubles peuvent contenir. Ils vont s’abreuver à la bibliothèque inépuisable de quartier. D’ailleurs ils ne posent même plus les yeux sur leurs livres, qu’ils possèdent. C’était sans compter mon esprit de facétie. Un beau papier cadeau sous le sapin. Tiens ils ont passé l’âge!.. Quand ils redécouvrent une de leur bd usée de leur jeunesse, ça ils s’y attendaient encore moins.

6) Je vais rejoindre des gens de ma famille, mais que je ne connais pas tellement. C’est l’occasion de partager. En offrant mon cd préféré, on obtient un sujet de discussion.

7) Moi mon truc c’est plutôt les livres. Et j’ajouterais même que je les achète d’occasion. à Emmaüs* ou à Oxfam** ce ne sont pas que des vieilleries défraîchies. Au moins je suis sûre de ne pas faire doublon avec un autre membre de ma famille qui aura chopé, pressé, la nouvelle sortie de circonstance que la Fnac met en tête de gondole en cette période.

*  172 Rue Winoc Chocqueel ouvert le mardi et samedi la journée de 10h à 12h30 et 14h à 17h 30 et le mercredi aprem de 14h à 17h30

** 19 rue de l’hôpital Militaire ouvert du lundi au samedi de 13h à 19h et de 10h 30 à 19h pour le vendredi et samedi

8) Moi je trouve que les cadeaux font souvent plus plaisir à ceux qui les offrent. Chercher à combler quelqu’un, des fois frôle l’étouffement. Moi j’opte pour les carnets. J’offre des carnets vierges, aux feuilles totalement vides. Reliées, et la couverture concoctée par mes soins. Incité l’expression, leur glisser sous la main, comme un bonbon, un espace rien qu’à eux, à fournir, à construire.

9) Et puis il n’y a pas que des choses matérielles. On croule déjà sous l’abondance. Par contre les intentions originales se font rares. ça peut paraître désuet et pourtant qu’est-ce que mes parents sont touchés quand je leur écrit un poème. J’ai aussi appris une chanson pour ma soeur. C’est moins facile que de déposer un cadeau. ça demande un dépassement personnel. Quand on offre vraiment quelque chose de soi, ça, ça marque.

10) Maintenant qu’on est tous réunis. On va pas se regarder déballer, emballer, remercier, n’échanger que des politesses. Moi quand on se rassemble comme ça c’est pour qu’on partage quelque chose ensemble vraiment. Alors tous le monde écoute les consignes que j’ai à dire, et c’est partit pour un grand jeu.

11) En janvier dernier j’ai reçu dans ma boîte aux lettres, à mon grand étonnement, le journal de la Décroissance, le Journal de la joie de vivre. En fait c’était un ami qui m’y avait abonné. Depuis le temps qu’il m’en parlait, et que je n’avais pas pris la peine de m’y pencher dessus. ça ne pouvait pas être une meilleur occasion.
Du coup moi cette année j’abonne mes neveux à la revue Silence, d’autant plus qu’ils ont besoin de soutient en ce moment. l’appel de la revue Silence:
Pour Noël, sauvez une dinde, offrez un abonnement à Silence pour le même prix ! Ça fonctionne aussi avec un sapin.
(d’ailleurs le numéro à paraître est sur les alternatives en Picardie)
Liste non exhaustive, mais déjà bien fournie, et variée! comme quoi sur cette voie illuminée de cette mascarade, le traîneau peut dérailler…
Sinon plein d’autres aletRcados sur: http://www.buynothingchristmas.org/alternatives/index.html
comment je suis tombé sur ce site en anglais : Vincent Cheynet, est lui partisan de la fête, (revue de La Décroissance déc 2013)  » mais la fête, ça doit avoir un sens « . Il regrette que l’Église officielle  » ne se mobilise pas sur la surconsommation dont Noël est l’occasion « .  » Moins de cadeaux, plus de fraternité « , clame en couverture Décroissance, magazine de son mouvement qui soutient la campagne anglo-saxonne  » buy nothing Christmas  » (ne rien acheter pour Noël) lancée par des mouvements d’origine protestante aux États-Unis et au Canada.
 
Et sinon, on avait évoqué le « procès contre le Père Noël »
voilà le passage qui nous concerne particulièrement:
« Aujourd’hui, altermondialistes et anticapitalistes ont trouvé une cible idéale : la hotte du vieux monsieur, beaucoup trop chargée de jouets fabriqués dans les pays à faible coût de main-d’œuvre. Mais le grief n’est pas nouveau: « Depuis qu’il existe, le Père Noël est matraqué par les militants anticonsommation », rappelle Martyne Perrot. Sur le Net, les rebelles s’en donnent à cœur joie. Il faut voir le clip vidéo de Duval MC, un rappeur invité par Olivier Besancenot à certains de ses meetings, où le « pervers Noël » est accusé de tous les maux: exploitation des enfants pauvres, pillage des ressources naturelles, incitation à la violence… Bref, « si tu vois le Père Noël, scande-t-il, mets-lui des coups de semelle ! »

Commentaire

La magie des comptes de Noël ?! — Un commentaire

Laisser un commentaire