AccueilNon classéVers la sobriété heureuse, Pierre Rabhi

Couverture du livre

Description :

Pierre Rabhi a Vingt ans à la fin des année 1950, lorsqu’il décide de se soustraire, par un retour à la terre, à la civilisation hors sol qu’ont commencé à dessiner sous ses yeux ce que l’on nommera plus tard les trente glorieuses. En France, il contemple un triste spectacle : au champs comme à l’usine, l’homme est invité à accepter une forme d’anéantissement personnel à seule fin que tourne la machine économique. L’économie ? Au lieu de gérer et répartir les ressources communes à l’humanité en déployant une vision à long terme, elle s’est contentée dans sa recherche de croissance illimitée, d’élever la prédation au rang de science. Le lien viscéral avec la nature est rompu; cette dernière n’est plus qu’un gisement de ressources à exploiter – et à épuiser.

Au fil des expériences, une évidence s’impose : seul le choix de la modération de nos besoins et désirs, le choix d’une sobriété libératrice et volontairement consentie, permettra de rompre avec cette ordre anthropophage appelé « mondialisation ». Ainsi pourrons-nous remettre l’humain et la nature au cœur de nos préoccupations, et redonner enfin au monde légèreté et saveur.

  • Actes Sud
  • 3 avril 2010
  • 141 pages

Avis personnel :

J’ai acheté ce livre au rayon mysticisme-mythologie d’une grande enseigne. Et paradoxalement, je pense que le choix du chef de rayon qui l’a placé ici est justifié. Pierre Rahbi est un mystique cela ne fait aucun doute, si l’on considère que le mysticisme est le propre de celui qui n’a pas une foi aveugle en la rationalité toute puissante qui guide nos pas sur le chemin du progrès. Lorsque le grand sociologue Allemand Max Weber a levé le voile sur la grande entreprise de « désenchantement du monde » engagée par la modernité triomphante, il a également prédit que celle-ci serait suivie d’une dynamique de « réenchantement du monde ». Jusqu’à présent je n’avais jamais vraiment compris a quelle réalité pouvait faire référence le concept de réenchantement du monde. Pierre Rabhi, lui, nous montre en quoi la pensée écologique est une entreprise de « réenchantement » du monde.

Ce livre appartient à Geoffrey.


Commentaire

Vers la sobriété heureuse, Pierre Rabhi — Pas de commentaire

Laisser un commentaire