AccueilInitiativesLuttesGaz de schistes

Retour de manifestation
Un groupe de 10 indignés et des membres du collectif stop gaz de schiste ont participé au rassemblement de Tournan en Brie le samedi 22 septembre, journée internationale d’opposition à la fracturation hydraulique. Ce rassemblement a permis aux différents collectifs qui luttent dans les régions de mettre leurs expériences en commun et de réaffirmer face à nos gouvernants :
« le gaz de schiste, c’est non »
Les hydrocarbures non conventionnels ont la particularité d’être disséminés en petites poches dans la roche, ce qui nécessite une technique particulière pour les extraire : la fracturation hydraulique.
Cette technique consiste à fracturer la roche à l’aide d’une détonation, à multiplier les fissures et à les maintenir ouvertes à l’aide d’un liquide envoyé à très haute pression (eau + sable + produits chimiques dont certains sont dangereux pour l’environnement et pour la santé).
Cette technique déjà utilisée aux états unis est très décriée à cause d’une part de la grande consommation d’eau qu’elle nécessite et d’autre part à cause de la pollution extrême qu’elle engendre : contamination des nappes phréatiques par le liquide d’hydro-fracturation et par le méthane, rejet d’importantes quantités de méthane et de composés organiques volatiles dans l’atmosphère, remontée d’éléments radioactifs avec les boues usées, provocation de séismes.
Les déclarations fracassantes de notre président, lors de la conférence environnementale au sujet du gaz de schiste ne doivent pas nous faire oublier la réalité : certes, il a promis que 7 demandes de permis de recherches de gaz de schiste ne seraient pas retenues mais il reste beaucoup d’autres demandes de permis dont il n’a rien dit et surtout 61 permis d’exploration accordés (sans aucune concertation avec les populations) qui ne sont pas abrogés. Pour en finir avec cette menace de l’exploitation des gaz de schistes, nous demandons l’abrogation de tous les permis.
Gageons que les compagnies impliquées vont tenter encore une fois de nous faire miroiter emplois et indépendance énergétique ; ce n’est que manipulation de l’opinion et pression sur nos élus car les scientifiques misent sur au plus 10% de notre consommation !
Dans notre région, nous sommes concernés par 2 permis d’exploration de gaz de couches. Or, la technique employée serait la même que pour extraire les gaz de schiste. Un permis qui couvre
900 km² entre le sud d’Arras et Lens et un autre de 400 km² dans la région de Valenciennes.
Un collectif de citoyens s’est formé pour s’informer et au besoin, créer une veille sur le terrain :
Réapproprions nous nos territoires, ils n’appartiennent pas aux lobbies pétroliers.


Commentaire

Gaz de schistes — Pas de commentaire

Laisser un commentaire